mardi 26 janvier 2010

Les histoires de fantômes de Dickens

La plus connue des ces "Histoires de fantômes" est le célébrissime Chant de Noël. celui que vous avez pu voir récemment au cinéma et qui a donné naissance à Picsou - Disney avait déjà adapté le Conte de Noël sous la forme d'un dessin animé, confiant le rôle de Scrooge à Picsou et celui de Bob Catchit à Mickey. Dans la préface qui accompagne ce recueil, Marie-Hélène Sabard rapporte que Dickens, touché par la misère des enfants du peuple, voulait, avec son conte, "frapper un "grand coup" en faveur des pauvres". Le coup fut effectif puisque l'ouvrage devait remporter, dans le monde anglo-saxon, un triomphe et même, toujours selon la préface, recréer "l'esprit de Noël" qu'en ces sombres années, on fêtait à peine.
La version reproduite dans la collection "Classiques" de l'École des loisirs est une version abrégée que Dickens lui-même utilisait lors de ses lectures publiques. Le recueil contient en outre quelques nouvelles qui sont de véritables petits chefs-d'oeuvre. L'Histoire du sacristain emporté par les goblins préfigure le Chant de Noël : il évoque un sacristain au coeur de pierre conduit à la rédemption par sa rencontre avec le surnaturel. Et la description que fait Dickens de l'univers souterrain des terribles goblins est des plus réjouissantes.
Le baron de Grogswig est un récit amusant : face au spectre du désespoir, le brave baron, héros du conte, comprend qu'il devra s'accorder quelques plaisirs et lutter contre une femme un peu trop oppressante, le ton du conte révèle un Dickens plein d'humour.
Le Manuscrit d'un fou préfigure certans contes de Maupassant et Dickens évoque la folie avec une vérité qui fait froid dans le dos.
Mais la nouvelle la plus novatrice de ce recueil est sans conteste, L'Aiguilleur, nouvelle traduction par Mme Sabbard d'une nouvelle connue en France sous le titre du Signaleur. L'étrangeté du décor, un narrateur anonyme, et l'étrange phénomène de l'intersigne - signal adressé aux vivants par l'au-delà, font de cette novelle un texte étonament moderne. Le fantastique est par ailleurs justifiée par une anecdote autobiographique qu'il faut absolument lire dans la préface - pour une fois n'oubliez pas la préface, vous apprendrez plein de choses!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire