mardi 25 janvier 2011

La Coquette et l'Abeille

Chloé, jeune, jolie, et surtout fort coquette,
Tous les matins, en se levant,
Se mettait au travail, j'entends à sa toilette;
Et là, souriant, minaudant,
Elle disait à son cher confident(1)
Les peines, les plaisirs, les projets de son
[âme.
Une abeille étourdie arrive en bourdonnant.
"Au secours ! Au secours ! crie aussitôt la
[dame :
Venez, Lise, Marton, accourez
[promptement;
Chassez ce monstre ailé." Le monstre insolemment
Aux lèvres de Chloé se pose.
Chloé s'évanouit, et Marton en fureur
Saisit l'abeille et se dispose
A l'écraser. "Hélas ! lui dit avec douceur
L'insecte malheureux, pardonnez mon erreur ;
La bouche de Chloé me semblait une rose,
Et j' ai cru..." ce seul mot à Chloé rend ses sens.
"Faisons grâce, dit-elle, à son aveu sincère :
d' ailleurs sa piqûre est légère ;
depuis qu'elle te parle, à peine je la sens."
Que ne fait-on passer avec un peu d'encens(2).

Florian, Fables, 1792.

1. Personnification du miroir, dans le langage précieux, le miroir est appelé le "confident des grâces".
2. Avec des flatterie (le verbe encenser peut aussi signifier "flatter".


Ill. Gravure de Victor Adam

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire