mercredi 12 mars 2014

Harry Potter à l'école de la philosophie

Harry Potter a déjà fait couler beaucoup d’encre. Je ne songe pas aux milliers d’articles qui lui ont été consacrés dans la presse mais seulement aux commentaires, plus ou moins heureux, qu’il a suscités. Le premier essai notable aura été celui d’Isabelle Smadja, Harry Potter ou les raisons d’un succès. L’auteure passait aux cribles de la philosophie, de la psychanalyse et de la sociologie les quatre premiers volumes de la série. Isabelle Cani dans Harry Potter ou l’anti Peter Pan se livrait à une comparaison astucieuse entre les deux personnages éponymes, montrant que Peter Pan préfigurait le culte de l’éternelle jeunesse qui agite notre époque tandis qu’Harry Potter, après un long cheminement vers l’âge adulte, en assumait pleinement les contraintes et les valeurs.
L’essai de Marianne Chaillan, Harry Potter à l’école de la philosophie, publié dernièrement chez Ellipses confirme en partie cette thèse d’Isabelle Cani et démontre une nouvelle foi, si besoin en était, la richesse d’une œuvre qui, tout en s’inscrivant pleinement dans notre temps, a su intégrer de façon ludique les héritages philosophiques et culturels de la civilisation occidentale.
La suite sur
http://saintdenysgarneau.blogspot.fr/

Niveau : Terminale

mercredi 12 février 2014

L'Autre vie d'Orwell, un roman sur le père de 1984

L’île de Jura, Hébrides intérieures, nord-ouest de l’Écosse : c’est dans ce lieu, hors du monde et du temps, qu’Eric Blair (alias George Orwell) choisit de se retirer pour écrire 1984. De 1984, il est d’ailleurs très peu question dans L’autre vie d’Orwell,de Jean-Pierre Martin. Comme s’il s’agissait d’une évidence.
Et il s’agit bien d’une évidence. La collection « L’un et l’autre », fondée par le regretté J.-B. Pontalis, a pour présupposé ce genre d’évidence.
Le militantisme assagi de Jean-Pierre Martin ne pouvait que rencontrer cette étape ultime et décisive dans la vie du plus pertinent des romanciers politiques suscités par le XXe siècle.
La suite sur :
Niveau : 1e / Term

mardi 11 février 2014

La fonction du pronom relatif

1/ Se rappeler que le pronom relatif est un pronom - donc qu'il se substitue à un nom ou à un GN
Les éclairs vifs que jetaient les roues semblaient s'est fixés. =
Les éclairs vifs semblaient s'être fixés, les roues jetaient des éclairs vifs.
"que" est un pronom qui remplace les "éclairs vifs"

Ses cheveux pâles dont la couleur rappelaient celle du beurre étaient dissimulés sous un chapeau. =
Ses cheveux pâles étaient dissimulés sous un chapeau, la couleur de ses cheveux pâles rappelait celle du beurre.
"dont" est un pronom qui remplace les "cheveux pâles".

Ce nom qui est remplacé par le pronom s'appelle l'antécédent. Il est toujours placé avant la relative.

2/ Le pronom relatif a, dans la subordonnée relative une fonction grammaticale.

Il y eut sur le sol, sur les arbres, de larges reflets de glace qui couraient.
qui = le sujet de "couraient".

qui
sujet
que
COD
dont
COI ou CdN
CCT ou CCL


D'une façon générale pour trouver la fonction du pronom relatif, il suffit de la remplacer par son antécédent.
Mais le jeune homme suivant des yeux une dame [dont la robe verte l’intéressait.]
La robe verte de la dame l'intéressait.
"de la dame "= CdN robe
donc "dont" = CdN robe.

Exemples empruntés à Zola (La Curée)

vendredi 17 janvier 2014

Daphné du Maurier

Daphné du Maurier n'est certes pas une romancière majeure du XXe siècle mais ses romans ont tenu en haleine des millions de lecteurs et son écriture classique influencée par les soeurs Brontë et le roman gothique demeure efficace et donne lieu à de belles réussites stylistiques, qu'il s'agisse de décrire ou de mettre en scène les méandres d'une conscience.

Daphné du Maurier est née en 1907 dans une famille d'artistes. Son grand père George du Maurier s'était fait connaître en tant que caricaturiste de presse. L'âge, la menace de la cécité et les conseils de son ami, le très littéraire romancier Henti James le conduisirent à écrire deux romans qui furent de grands succès en leur temps, Peter Ibbetson (1891) et Trilby en 1894.

Le père de Daphné du Maurier, Gerald, fut quant à lui, un acteur célèbre, un de ses rôles les plus fameux est celui du Capitaine Crochet dans la pièce à succès de James Barrie, Peter Pan. On peut aussi noter que les quatre cousins de Daphné, furent adoptés par James Barrie, à la mort de leurs parents.
Sa soeur enfin, Angela né en 1904, fut aussi romancière mais il faut croire qu'elle aura eu moins de succès que sa benjamine puisque aucune de ses oeuvres n'a été traduite en français et qu'elle intitulera son autobiographie : It's Only the Sister: an autobiography
Daphne aura une enfance heureuse avec ses deux soeurs, Angela l'aînée et Jeanne (née en 1911). Leur père voulait un garçon mais dut se contenter de ses trois filles et il semble que les petites aient très souvent joué à être des garçons, peut-être pour exhausser inconsciemment le désir de leur père.

Daphné fréquente les meilleurs écoles de Londres et achève ses études en France où elle se documente sur ses ancêtres d'origine française. Cette documentation lui servira à écrire deux ouvrages consacrés aux dits ancêtres. Elle publie ses premières nouvelles dans le magazine Bystander dont son oncle est propriétaire (deux de ces nouvelles ont récemment été éditées dans le recueil La Poupée, publié chez Albin Michel en 2013.

Ses deux premiers romans Loving Spirit (L'Amour dans l'âme en français) et I'll never be young (Jeunesse perdue) date de 1931 et 1932. Ce sont des oeuvres de jeunesse qui démontrent déjà un sens de la construction dramatique certain. Elle épouse en 1932, le major Frederic Browning - qui deviendra général de division - avec qui elle aura trois enfants : Tessa (1933), Flavia (1937) et Christian (1940).


Son premier best seller est L'Auberge de la Jamaïque qu'elle publie en 1936. Le roman a pour cadre la Cornouailles où elle choisit de vivre et met en scène, dans la tradition du roman gothique, une jeune orpheline qui doit affronter son oncle, chef d'une bande de naufrageurs. L'ouvrage sera adapté au cinéma par Alfred Hitchcock en 1939. Le rôle de Marue Yellan est confié à Maureen O'Hara.

Mais c'est avec Rebecca (1938) qu'elle connait le plus grand succès de sa carrière, l'ouvrage est un best seller traduit dans toutes les langues et qui se verra aussi adapté au cinéma par Hitchcock en 1940. Le succès de Rebecca fut tel qu'il a occulté le reste de son oeuvre pourtant très estimable.

Daphné du Maurier est aussi l'auteure d'un certain nombres de nouvelles particulièrement réussies : outre Les Oiseaux (encore un film d'Hitchcock) on lira avec profit Le Pommier (modèle d'écriture fantastique). Parmi ses autres romans  Ma cousine Rachel et Le Bouc Emissaire sont des romans dignes de Rebecca pour la mise en oeuvre du suspens et le sens de l'intrigue. Daphné du Maurier a aussi écrit les biographies des ses ascendants (Les du Maurier) et de son père (Gerald). Elle s'est par ailleurs intéressé au cas Branwell Brontë, le frère des trois fameuses romancières dans Le Monde infernal de Branwell Brontë. Son oeuvre de dramaturge est moins connue (The years Between -1944 - et September tide - 1947), elle n'a d'ailleurs pas été traduite en français. Notre auteure a aussi fait oeuvre de documentariste puisqu'elle a consacré deux ouvrages à la Cornouailles, livres qu'on trouve dans tous les magasins de souvenirs de cette région (Vanishing Cornwall et Enchanted Cornwall).


L'amour qu'éprouve daphné du Maurier pour cette région où elle a élu domicile est sincère : elle passera la plus grande partie de sa vie dans le domaine de Menabilly qui lui inspira le château de maxime de Winter dans Rebecca mais devra quelques années avant sa mort quitter cette maison tant aimée.

Daphne du Maurier a donc été l'une des auteures les plus lues du XXe siècle. Son succès a évidemment suscité des jalousies et elle fut accusée de plagiat pour Rebecca et les Oiseaux. Ni dans un cas ni dans l'autre, ses accusateurs ne parvinrent à démontrer le plagiat.

Daphné de Maurier a également défrayé la chronique en prenant fait et cause pour son mari le général Browning dont le film de Richard Attenborough, Un pont trop loin, faisait un portrait injuste et dévalorisant. 

Daphne du Maurier est morte en 1989 dans son domaine de Par à quelques kilomètres de Menabilly. 

Sont actuellement disponibles en livre de poche
L'amour dans l'âme (The loving spirit, traduit aussi sous le titre de La Chaîne d'amour, 1931);
L'Auberge de la Jamaïque (Jamica inn, 1936);
Rebecca (1938);
Ma cousine Rachel (My cousin Rachel, 1951);
Le Bouc émissaire (The Scrapegoat, 1957);
La Maison sur le rivage (The House on the strand, 1969);
Mad (Rule Britannia, 1972);
Le recueil de nouvelles Les Oiseaux (qui regroupe des nouvelles de différentes époques est régulièrement réédité);

L'étude sur Branwell Brontë est disponible chez Phébus dans la collection Librio.
Le recueil de nouvelles intitulé La Poupée est disponible chez Fayard.

Ses autres romans se troiuvent sur les sites de vente par correpondance.

Documents
Photographie de Muriel Beaumont (actrice et mère de Daphné du Maurier avec ses deux filles ainées), National Portrait Gallery;
Daphne du Maurier en 1931;
Affiche du film d'Hitchcock, Les Oiseaux, 1963;
Une édition récente de Vanishing Cornwall.
Couverture de La Maison sur le rivage, (roman psychédélique) dernière réédition en poche.

Lien vers le site Daphné du Maurier
http://www.dumaurier.org/