lundi 15 février 2010

Edgar Allan Poë

Edgar Poë (1809-1849) a eu, sur la littérature moderne, une très grande influence.
Il est le père du récit policier avec les nouvelles qui mettent en scène le détective Dupin, sorte d'ancètre de Sherlock Holmes dont les talents d'observation s'avèrent incomparables. Double assassinat dans la rue Morgue, par exemple, est le premier problème de chambre close offert à la curiosité du public, la nouvelle inspirera John Dickson Carr et Gaston Leroux.
Poë explore par ailleurs tous les grands thèmes du fantastique, et construit un univers surprenant et morbide qui reste étonemment moderne. Si vous n'en lisez que deux, précipitez-vous sur le Chat noir et la Chute de la maison Usher, deux contes qui figurent dans le recueil traduit par Baudelaire, Les Nouvelles histoires extraordinaires. Le narrateur du Chat noir, pris de folie pend son chat. Commence alors pour lui un interminable cauchemar qui le conduira au bout de l'horreur. Quant au narrateur de la maison Usher qui vient rendre visite à son vieil ami, quelle n'est pas sa surprise quand il le découvre presqu'agonisant en compagnie de sa soeur, tous deux frappés par une sorte de malédiction qui s'étend sur la maison et ses alentours.
Poe est est extraordinaire conteur et les traductions de Baudelaire sont magnifiques.
On peut distinguer enfin, dans son oeuvre, un certains nombre de contes qui préfigurent la fantasy moderne (Le Masque de la Mort rouge - plus bas sur ce blog ou Hop Frog...) : l'action s'y déroule dans des contrées totalement imaginaires et le surnaturel, vengeur, semble aller de soi. Edgar Poê est indiscutablement un grand écrivain dont l'oeuvre dépaysante, moderne et profonde, donne de l'homme une vision pessimiste et annonce les grandes tendance de l'imaginaire occidental.
Edgar Poë n'eut pas le succès qu'il méritait et sa vie fut marquée par la malchance et le malheur. L'une de ses oeuvres retint néanmoins l'attention : "Le Corbeau", long poème philosophique qui enthousiasma les lecteurs du New York Evening Post.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire